• Florian Nunez

Épisode 2 : Alice et Olivier de Moor, vignerons et paysans


Alice et Olivier de Moor (Crédits : grâce à la courtoisie du domaine)


Courgis, un village près de Chablis, en plein de mois de Mai. Nous nous apprêtons à  rencontrer Alice et Olivier de Moor, un couple passionné de vin, parmi les premiers à avoir soutenu notre projet de podcast. C’est dire si le moment est particulier pour nous. Il intègre une dimension nouvelle, lorsqu’une fois notre bolide garé, nous nous adossons à une fenêtre en face du portail où l’adresse des De Moor est indiquée. 


Puis les volets s’ouvrent, une charmante dame nous salue et nous demande gentiment ce que nous faisons ici. Nous répondons que nous attendons Alice et Olivier. “Ah !” s’exclame la dame avec un sourire plein de malices. “Ils ne vont pas tarder” nous répond-elle dans un accent fleurant bon une longue et paisible vie au centre de Courgis. Cette rencontre fortuite de la propriétaire des fenêtres nous fait sourire et provoque en même temps une baisse de pression bienvenue. Parce qu’en arrivant au domaine, on n’en mène pas large, trop heureux de rencontrer ces vignerons hors du commun.


Alice et Olivier finissent par revenir des vignes et viennent à notre rencontre. Nous nous saluons. L’atmosphère suggère que l’appréhension n’est pas que de notre côté. Ils ne sont pas rompus à l’exercice du micro non plus. Nous nous installons tous autour de la table de la cuisine et commençons à installer le matériel, comme on peut. Il faut dire que c’est notre premier épisode ! Une fois les premières “consignes” données, c’est parti !


Nous démarrons en revenant sur les difficultés qu'ils ont  rencontrées en 2016, lorsqu'ils ont perdu une grande partie de leur  récolte à cause du gel. Une année difficile qu'ils ont surmontée en  achetant du raisin à d'autres viticulteurs, et qui leur a donné quelques  idées pour les années suivantes…


Très vite, l’appréhension s’envole, laissant place aux connaissances pointues, à la passion des deux. La malice d’Olivier vient parsemer certaines de ses réponses, donnant à voir le naturel s’exprimer. Leur vision bien particulière de la viticulture est un délice à écouter. La tension nous quitte définitivement lorsqu’on semble percevoir du plaisir  chez Olivier et Alice à répondre à nos questions. Au moins, ils passent un bon moment.  Tout au long des deux heures d’échanges, les questions vont bon train jusqu’à épuisement du stock et un superbe “on va déguster ?” pour terminer.


Sans se départir de leur bonne humeur, à ce stade contagieuse, nous les suivons vers le caveau de dégustation où, nous ne le savons pas encore, nous allons rester deux heures de plus sans micro et … sans filtre. Les réponses se font plus aiguisées, les langues se délient. Aux côtés de leurs cuvées, parfaites accompagnatrices d’une discussion à bâton rompu, nous écoutons avec délices les anecdotes du couple. Les vins sont d’une précision remarquable ajoutant au plaisir partagé autour de la table. 

Souvenirs d'un passage à Courgis (Crédits : Romain Becker)


Finalement, notre appréhension de départ n’a pas tenu très longtemps. Derrière une passion incommensurable pour le vin, Alice et Olivier savent recevoir comme il se doit. En tous cas, ils reçoivent de telle façon que le souvenir de leur rencontre demeure précis et plaisant dans l’esprit, même un an après leur rencontre et tant d’épisodes depuis.


Pour rencontrer ce formidable duo, ça se passe au 17, rue Jacques Ferrand à Courgis (89800) juste en face de la dame aux fenêtres (ok, c’est pas un indice). Allez-y après un petit coup de fil, vous serez très bien accueilli !


Pour trouver les vins du domaine, pensez à aller demander à votre caviste indépendant préféré s'il en a.


Pour écouter l'épisode, ça se passe ici :


Le bon grain de l'ivresse est disponible sur : 

  • Facebook
  • Instagram