• Antoine Msika

C’est quoi un bon vin ?


Photo : Domaine Weinbach


Dans un précédent article, je vous expliquais pourquoi je préfère maintenant acheter mon vin en cave, plutôt qu’en supermarché. Pour cela, l’une des questions à laquelle j’ai tenté de répondre était “Est-ce qu’on peut trouver des bons vins en supermarché ?”. Aujourd’hui, je vais essayer de compléter ma réponse, en revenant sur un point important de cette question : qu’est-ce qu’un bon vin ?


Je me suis beaucoup posé cette question au début de l’aventure du Bon grain de l’ivresse. Pour deux raisons principales :

  • Lorsque je goûte un vin, comment différencier un vin “lambda”, d’un vin de grande qualité ? Un vin que tout le monde va boire sans y prêter plus d’attention que ça, d’un vin où tout le monde va remarquer qu’il est entrain de boire quelque chose d'un autre niveau ?

  • Lorsque l'on déguste avec Florian et Romain, je les vois dire très vite si le vin qu’ils goûtent est bon ou s’il est incroyable (on boit très rarement des mauvais vins…), ce dont je ne suis pas encore toujours capable.


Avant d'aller plus loin, une petite précision s'impose pour partir sur de bonnes bases : quand je parle de "bon vin" je veux parler de sa qualité (est-ce que le vin est bon ou mauvais ? ). A ne pas confondre avec ce qu'on pourrait appeler un "grand vin", où l'on jugerait plutôt de son caractère exceptionnel (est-ce que c'est un vin classique ou hors du commun ?).


Pour commencer, avant d’être bon ou mauvais, un vin doit être à votre goût

Certains vont préférer les vins rouges tanniques et forts, d’autres vont les préférer plutôt fruités et légers. Pareil pour les blancs, qui peuvent être très tendus ou gras, secs ou sucrés. Chacun de ses éléments ne représentent pas une qualité ou un défaut en soit, mais simplement votre goût. Ne rejetez donc pas trop vite un vin tannique, si vous n’aimez pas ça.

Pour l'anecdote, sachez qu’un débat fait rage au sein du Bon grain de l’ivresse à propos des vins sucrés. Une partie de l’équipe en est absolument fan, et l’autre partie l’est… un peu moins.


Deuxième élément : tout est question d’équilibre

Evidemment, il y a la question des arômes : ce que vous voulez, c'est un vin avec de bons arômes, mais qui ne sombre pas dans l’excès. Personne n’a envie de boire un rosé qui donne l’impression de boire un jus de pamplemousse (sauf ceux qui achètent du rosé pamplemousse, mais c’est un autre débat).


Mais, au delà des différents arômes, il est important que le vin soit bien équilibré. Et cela se traduit de deux façons différentes, selon que vous goûtez un blanc ou un rouge.

Pour un blanc, vous jugerez l’équilibre entre l’acidité, le sucre (pour les vins sucrés) et l’alcool. Un bon vin blanc ne présentera aucun excès parmi ces trois éléments. Autrement dit, vous n’aurez pas l’impression de boire un jus de fruit ou de l’alcool pur, ou encore un verre de jus de citron. Si les trois sont bien équilibrés (ce qui ne veut pas dire à part égale pour autant !), alors vous avez affaire à une belle bouteille !


Pour le vin rouge, vous jugerez ces trois mêmes éléments, en y ajoutant les tannins.


Troisième élément : la durée en bouche

Ici, c’est très simple : si le goût et les arômes disparaissent avant que vous ayez eu le temps de reposer votre verre, ce n’est pas bon signe. En revanche, si celui-ci persiste plusieurs secondes (cela dépassera rarement les dix secondes), vous avez probablement devant vous le fruit du travail d’un.e excellent.e vigneron.ne !


Bonus : le nez

En ce qui me concerne, l’une de choses que j’apprécie le plus dans le vin c’est le nez. Ce qui me fera dire qu’un vin est bon (ou à mon goût), ce sont les arômes que je sens en remuant le verre et en le sentant. Et, ici aussi, vous rechercherez l’équilibre, la finesse et l’intensité des arômes.


Pour résumer : Si vous commencez à voyager en sentant votre verre, si le vin est équilibré quand vous le goûter, et si l’arôme persiste en bouche plusieurs seconde après l’avoir avalé (ou après l’avoir recraché, on reviendra sur ce concept dans un prochain article), vous pouvez vous aventurer à dire que c’est un bon vin. Avec un peu de chance ce sera un type de vin qui vous plait, et là c’est le jackpot : la soirée sera belle.


Mais est-ce que ça coûte forcément cher un bon vin ?

Non. Il est certain qu’il vaut mieux éviter les bouteilles à bas prix : d’après ma courte expérience, vous ne trouverez pas beaucoup de pépites à moins de 10 euros (ça existe mais c’est rare). En revanche, vous pouvez boire des merveilles entre 10 et 20 euros la bouteille. Le meilleur moyen est encore d’en parler à votre caviste ou au producteur :)


Le bon grain de l'ivresse est disponible sur : 

  • Facebook
  • Instagram