• Romain Becker

Tu sais que tu aimes le vin nature quand...

Le vin nature c'est du pinard mais c'est avant tout un état d'esprit et un bon coup de pied dans l'arrière-train des vins à Papa.



Tu en veux de la nature ?



… tu sais que volatile n’a rien à voir avec l’ornithologie.


… le premier weekend de février tu es systématiquement à Saumur. Dive un jour, dive toujours.


… tu bois des vins couleur grenadine.


... c'est tellement glouglou.


… tu crois dur comme fer qu’on peut boire 3 bouteilles sans avoir mal à la tête, « Eh ouais mon pote, pas de sulfite, pas de mal de tête le lendemain ».


… tu ne connais qu’une seule appellation : Vin de France.


… tu passes ton temps à expliquer à tes parents, grands lecteurs du guide Bettane et Desseauve, que « si, le vin nature ça se garde très bien ». Laisse tomber et garde tes Côte du Py de Foillard pour toi, ils ne les méritent pas.


… tu es surexcité quand ton caviste te dit « je viens de rentrer une vigneronne, tu m’en diras des nouvelles. La nana a 0,6ha de vignes sauvages sur l’île d’Elbe. Pas de taille, que des cépages mélangés, elle récolte entre le 11 août et le 3 novembre, 245 semaines de macération pelliculaire. Un vin authentique, la meuf est une vraie. Ce canon, c’est de la bombe ».


… les termes château, grand cru et barrique neuve n’ont aucun sens pour toi.


… tu ne jures que par vin de garage, glouglou et biodynamie.





… tu as arrêté les apéros au ricard. Maintenant c’est macération carbonique de cinsault du Roussillon ou rien.


… tu aimes la souris, et pas seulement parce que tu lisais le journal de Mickey petit.


… le gaz carbonique protège les vins de l’oxydation. D’ailleurs ce gaz apporte de la fraîcheur au vin.


… le champagne est trop cher ou trop soufré. Un bon pet’ nat’ assemblage muscat-syrah-savagnin, il n’y a que ça de vrai.


… tu ne bois plus de Bordeaux.


… la viticulture conventionnelle, c’est le mal. Tu préfères manger un paquet de cigarette plutôt que de boire un vin en conventionnel.


… tu admires l’abnégation des vignerons natures : cheval dans les vignes, travail à la pioche, paillage, pulvérisateur à dos. Tout ça pour sortir un super pinard. Bravo !


… tu ne dégustes pas un flacon, tu t’envoies une grosse quille.


… tu as déjà dit : « Ca goûte super bien ça ! ».


… ou encore : « Ah, on est en jour racine encore 15 minutes. On goûtera ça quand on sera en jour fleur ».


… tu as des posters de Michel Tolmer dans ta chambre.



Le bon grain de l'ivresse est disponible sur : 

  • Facebook
  • Instagram